Le texte est spécialement écrit pour les soprani.  Merci Christiane

 

Avis aux amateurs d'autres registres ...

Cliquez ici si vous voulez tétécharger le texte au format word pour l'imprimer.

Petite suite québécoise

 

Ouverture

 

Les gens de mon pays ce sont gens de parole et gens de causerie, qui parlent pour s’entendre;

Et parlent pour parler, il faut les écouter c’est parfois vérité et c’est parfois mensonge,

Mais la plupart du temps, c’est le bonheur qui dit comm’il faudra de temps pour saisir le bonheur,

A travers la misère, emmaillée au plaisir, tant d’en rêver tout haut, que d’en parler à l’aise.

 

Dans tous les cantons y’a des fill’s et des garçons qui veul’nt se marier c’est la pure vérité

Tou dou dou tou tou tou dou dou tou dou dou tou tou      

Tou dou dou tou tou

Ell’s se dis’nt en souriant: le voilà mon amant  dansé

J’ai tant dansé, j’ai tant sauté, dansons ma bergère oh gai !

J’en ai décousu mon soulier à l’ombre

Dansons ma bergère joliment, que le plancher en rompe !

Tap ta ba da   Tap ta ba da   Tap ta ba da   Ta ba da ta

 

Ah si mon moine voulait danser danser !

Un capuchon je lui donnerais danser !

Danse mon moin’ danse, tu n’entends pas la danse,

Danse mon moin’ danse, tu n’entends pas la danse,

Tu n’entends pas mon moulin lon la,

Tu n’entends pas mon moulin marcher

Tique taque tique taque tique taque tique taque tique tac

 

Tique taque  tique taque  tique taque  tique tique taque

Mon père a fait bâtir maison j’entends le moulin taque

L’a fait bâtir à trois pignons tique tique tique taque

J’entends le moulin tique tique taque j’entends le moulin taque taque

J’entends le moulin tique tique taque j’entends le moulin taque.

 

Tout l’mond’ est malheureux, tam ti di li de la me,

Tout l’mond’ est malheureux, tam ti di li de lam,

Tout l’mond’ est malheureux tam ti di li de la me,

Tout l’mond’ est malheureux tout l’temps tout l’temps

Heureux pis malheureux heureux pis malheureux

Heureux pis malheureux heureux pis malheureux

tout l’temps tout l’temps

Malheureux en amour, tam ti di li de la me,

En amour avec toi, tam ti di li de la me

Avec toi pis les autr’ tam ti di li de la me,

Tout l’mond’ est malheureux tout l’temps tout l’temps tout l’temps.

 

 

Premier mouvement

 

Si on s’y mettait Si on s’y mettait Si on s’y mettait

Si on s’y mettait Si on s’y mettait Si on s’y mettait

Si on s’y mettait Si on s’y mettait

Doum doum doum doum   Doum doum doum doum

Doum doum doum doum   Doum doum doum doum

Ah  ah  ah

Fais du feu dans la cheminés, je reviens chez nous

S’il fait du soleil à Paris, il en fait partout

Fais du feu dans la cheminée, je reviens chez moi

et si l’hiver est trop buté, on hibernera

 

ah  ah  ah  ah  ah  ah  ah  ah  ah  ah  ah  ah  ah 

Pour un instant Pour un instant

Pour un instant Pour un instant

Hou  hou  hou  hou  hou  hou  ah  ah  ah 

Je reviendrai à Montréal.

 

 

Deuxième mouvement

 

V’là l’bon vent, v’là l’joli vent, v’là l’bon vent ma mie m’appelle,

V’là l’bon vent, v’là l’joli vent, v’là l’bon vent ma mie m’attend.

V’là l’bon vent, v’là l’joli vent, v’là l’bon vent ma mie m’appelle,

V’là l’bon vent, v’là l’joli vent, v’là l’bon vent ma mie m’attend.

Derrière chez nous y’a-t-un étang,

Envoyons d’l’avant, nos gens, envoyons d’l’avant !

Envoyons d’l’avant, nos gens, envoyons d’l’avant !

Bom bom bom bom bom bom bom bom bom bom bom bom

Envoyons d’l’avant, nos gens, envoyons d’l’avant 

Ah bom bom

Au chant de l’alouette, je veill’ et je dors

J’écoute l’alouette et puis je m’endors

Ani couni cha o a ni  Ani couni cha o a ni

Ha wa wa bi ca na ca hi na   Ha wa wa bi ca na ca hi na

é a ou ni bi ci ni  é a ou ni bi ci ni

Hawa wa Hawawa

 

 

 Troisième mouvement

 

C’est dans les chansons qu’on apprend la vie,

y’a dans les chansons beaucoup de leçons,

c’est dans les leçons qu’on apprend à lire

mais c’est dans le lit qu’on vit les chansons d’amour

et c’est en amour qu’on fait des chansons

 

un ciel de mai

de la même manièr’

Hé ! Boul’ de gomme, s’rais-tu dev’nu un homm’

Hé ! Boul’ de gomme, s’rais-tu dev’nu un homm’

Hou

Dom dom dom dom,  dom dom dom dom, 

Dom dom dom dom,  dom dom dom dom,  dom dom dom dom

Dom dom dom dom,  dom dom dom dom,  dom dom dom dom

Dom dom dom dom,  dom dom dom dom,  ah

Qui ne pourront jamais refaire le hasard que je gaspillais

Hou

Ça n’vaut pas la peine de laisser ceux qu’on aime

pour aller faire tourner des ballons sur son nez

Ça fait rire les enfants, ça dure jamais longtemps,

Ça fait rire pu personne, quand les enfants sont grands.

 

 

Quatrième mouvement

 

J’ai un méchante mère boum ba di boum boum tra la la !

J’ai un méchante mère qui tous les matins

ma ri mi coté m’fait lever

qui tous les matins m’fait lever

ma mère m’envoie-t-au marché

c’est pour des sabots acheter.

c’est pour des sabots acheter.

Mes sabots font dindon daine, dindon daine font mes sabots.

Je n’suis pas marchand ma mère pour des sabots acheter.

Ah ! ah ! ah ! ah !

Dans ce joli jardin d’amourett’s

Dans ce joli jardin d’amour.

Dans ce joli jardin d’amour, jardin d’amour

Mon père aussi ma mère n’avaient que moi enfant,

N’avaient que moi enfant,

La destinée, la rose au bois,

N’avaient que moi d’enfant, n’avaient que moi d’enfant, d’enfant.

Ouich’ ka

Ah Ouich’ Ka

Ah ! Te na ouich’ te naga, te na ouich’ te naga Ouich’ Ka !

Marie Calumet va se marier

Avec l’engagé de monsieur l’curé

On y sera invités tous

Sens devant oui sens devant derrière, sens dessus dessous !

 

 

Cinquième mouvement

 

Francis où vas-tu  où vas-tu

Francis  ton chapeau

Francis  Francis où vas-tu

Tire lou, couch’toi dans ton lit, les poings sur la tête

Tire lou, va-t’en à Paris, ou cass’ des cailloux,

mais ne gâche pas ma semaine.

Isabeau s’y promène le long de son jardin

Le long de son jardin sur le bord de l’île

Le long de son jardin sur le bord de l’eau,

Sur le bord du vaisseau

Ton nom   Ton nom hou hou

Ton nom ah ah ton nom ton nom

C’est liberté qui chante, chante.

Sam’di soir à St-Dilon, y’avait pas grand chos’à faire,

On a dit on fait un’ nair’s, puis là, la soirée commenc’,

c’était vers sept heur’ et d’mie.

Entrez mesdam’s entrez messieurs,

Mariann’ a sa bell’ rob’ et pis Roland a ses yeux bleus,

Yvonn’ a mis ses souliers blancs,

son décoll’té puis ses beaux gants,

ça aim’ à fair’ les chos’ en grand,

ça vient d’arriver du couvent !

Y’a aussi Jean-Marie, mon cousin pis mon ami,

Qu’a mis sa bell’ habit, avec ses beaux souliers vernis.

Le v’là mis, comm’on dit, comm’ un commis voyageur.

 

Hou Tam tam tam tam tam

Tam tam tam tam tam tam

Tam tam tam tam tam

Y’aura toujours un pas sur ma musique, car c’est mon cœur qui dans’ à l’ai du jour.

Si vous voulez danser sur ma musique,

Il vous suffit d’en écouter les mots qui sont :

Tam ti de lam tam ti de la di té de la di,

Tam ti de lam tam ti de la di tam !

© 2020    Chœur St-André d'Onnens  - créé avec Wix par L@rtiste.ch

  • w-facebook